Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 23 octobre 2017

Actes de la recherche en sciences sociales, N°219, Des classes sociales européennes ?


Seuil
2017



Sommaire

Des classes sociales européennes ?
Étienne Penissat et Yasmine Siblot
L’Union européenne, un espace social unifié ?
Cécile Brousse
Déclin et renouveau de l’analyse de classe dans la sociologie britannique, 1945-2016
Mike Savage
Comparer les classes populaires en France et au Portugal
Différences structurelles et histoires intellectuelles
Virgílio Borges Pereira et Yasmine Siblot
Classes et nations : quelle articulation à l’échelle européenne ?
Frédéric Lebaron et Pierre Blavier
Les déterminants sociaux et nationaux des inégalités culturelles en Europe
Cédric Hugrée, Étienne Penissat et Alexis Spire
Les logiques ordinaires de catégorisation de l’espace socioprofessionnel
Une comparaison Allemagne, Espagne, France
Laure de Verdalle, Jérôme Deauvieau et Alexandra Filhon

Aucun commentaire: