Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 5 avril 2017

Savoir/Agir N°39, Les désindustrialisations (re)visitées

 
Savoir/Agir N°39, Les désindustrialisations (re)visitées
éditions du Croquant
2017 

Présentation de l'éditeur
La désindustrialisation s’inscrit de manière récurrente dans les débats publics comme une des transformations économiques et sociales majeures des pays du Nord depuis la fin des années 1970. Pour autant, elle mérite d’être mieux définie dans ses contours et ses effets.
Des historiens relativisent, dans ce numéro, la nouveauté et l’ampleur des désindustrialisations. D’autres articles soulignent les déplacements des industries en fonction des stratégies internationalisées des firmes, notamment dans le secteur de la logistique et dans les zones franches de pays du Sud. Des contributions interrogent également les multiples dimensions des reconfigurations d’anciens bassins industriels et les implications des politiques locales de reconversions de ces espaces. Ce sont enfin les effets des transformations « industrielles » sur les ouvrier.e.s en Europe qui sont présentés. Il s’agit de saisir à la fois la dégradation des conditions d’emploi, de travail et de vie des mondes ouvriers et les formes de résistances individuelles ou collectives qu’elles entraînent.

Table des matières
Éditorial
Une affaire d’ethos. Le cas Fillon et la crise du néolibéralisme, par Frédéric Lebaron
Dossier
Les désindustrialisations (re)visitées. Dossier coordonné par Jean-Luc Deshayes et Cédric Lomba
Les fermetures d’usines dans un espace social localisé de qualification : le Bassin sidérurgique de Longwy, par Jean-Luc Deshayes
Carmaux. La cité de Jaurès à l’épreuve de la désindustrialisation, par Romain Castellesi
Sociologie des modes de gestion de main-d’œuvre «  hors sol  », par Delphine Mercier
Mobilité, ancrage et rapport à l’espace des jeunes des classes populaires rurales, par Thomas Venet
Rester ou partir  ? Déclin minier et paris sur l’avenir en Roumanie postcommuniste, par Maria Voichita Grecu
Des univers ouvriers bousculés par les restructurations répétées, par Cédric Lomba
Produire le flux. L’entrepôt comme prolongement d’un monde industriel sous une forme logistique, par Carlotta Benvegnù et David Gaborieau

Grand entretien avec Michaël Löwy
Penser au sein d’une constellation marxiste. Propos recueillis par Vincent Gay

Paroles
Mobilisation/démobilisation politique au Val Fourré, par Gérard Mauger et Nasser Tafferant

Chronique de la gauche de gauche
Deux gauches  ? Ou trois  ?, par Louis Weber

La rhétorique réactionnaire
Un champ politique illisible, par Gérard Mauger

Chroniques du monde
Déforestation et palmier à huile. Diversité des productions et réception de la critique, par Stéphanie Barral



Aucun commentaire: