Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



dimanche 17 janvier 2010

re-découvrir: Bourdieu, Comprendre, in Daniel Buren, Mot à mot


Pierre Bourdieu devait participer à l'exposition de Daniel Buren (Le musée qui n’existait pas, 26 juin - 23 septembre 2002, Centre Pompidou). Bourdieu écrivait à propos du dispositif à intégrer dans ce projet (film, tableaux, acteur), que le but était de "restituer la variation des réactions devant un décor constant, donc l'espace des perceptions et des discours possibles pour les visiteurs de l'expo"(P.82 de ses notes de travail), à lire sous le titre Comprendre in, Daniel Buren / Mot à Mot, Centre Pompidou / Éditions Xavier Barral / Éditions de La Martinière, juin 2002. Monographie publiée à l’occasion de l’exposition « Le Musée qui n’existait pas », Centre Pompidou, Paris, 26 juin-23 septembre 2002, P.82-91.








Daniel Buren décrit ce projet d'intervention in, Pierre Bourdieu : les champs de la critique, Bpi / Centre Pompidou, 2004, P.43-60. Actes du colloque organisé par la Bpi, Centre Pompidou, les 28 février et 1er mars 2003. 
écouter le colloque


Aucun commentaire: