Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


vendredi 20 août 2010

Michel Gollac, La rigueur et la rigolade - À propos de l'usage des méthodes quantitatives par Pierre Bourdieu

Michel Gollac, La rigueur et la rigolade - À propos de l'usage des méthodes quantitatives par Pierre Bourdieu
Article paru dans Rencontres avec Pierre Bourdieu, sous la direction de Gérard
Mauger, Éditions du Croquant, 2005, aussi in Courrier des Statistiques, décembre 2004 - N° 112



Résumé
Au long de son oeuvre, Pierre Bourdieu fait des statistiques un usage remarquable à trois titres : le fond, le choix des méthodes et la forme de l'exposé. Il insère l'usage des statistiques dans une critique sociologique qui remet en cause des catégories de pensée et des préjugés sociaux : conscient du fait que la statistique est un outil critiquable car construit justement à partir de ces catégories, il l'utilise d'autant mieux. Dans le choix des méthodes, sa préférence va à l'analyse des correspondances multiples qui permet de construire des variables au-delà de celles existantes. Dans la forme, enfin, il traduit la créativité du chercheur et recherche la facilité de lecture, plutôt qu'il ne met en vedette la rigueur formelle des ses travaux. Au fil du temps, cependant, il a porté une attention croissante à la rigueur statistique sans renoncer à la rigueur critique de la sociologie. Ainsi Pierre Bourdieu a-t-il fait un usage original des statistiques pour nous faire voir le monde social sous un angle inattendu, avec le plus grand irrespect des catégories ordinaires de pensée. Cette combinaison de rigueur et de liberté peut demeurer une source d'inspiration. C'est ainsi que pour l'évoquer dans cet article, l'auteur a adopté un ton « décalé » qui, paradoxalement, renforce le sérieux de son propos.

Summary
Throughout his work, Pierre Bourdieu's use of statistics was remarkable on three counts: content, choice of method, and expository form. He incorporated the use of statistics into a sociological critique that challenged categories of thought and social prejudices. He realized that statistics was a tool open to criticism precisely because it was built on the basis of these categories­and he was thus able to use it all the more effectively. In his choice of methods, he preferred multiple correspondence analysis (MCA), which allows the construction of variables other than existing ones. As regards form, Bourdieu focused on the researcher's creativity and was more concerned to achieve readability than to showcase the formal rigor of his work. Over time, however, he paid increasing attention to statistical rigor without sacrificing the critical rigor of sociology. In sum, Pierre Bourdieu made innovative use of statistics to show us the social world from an unexpected angle, with the greatest irreverence for the ordinary categories of thought. This combination of rigor and freedom can still inspire. To discuss Bourdieu in this article, the author has accordingly chosen an «offbeat» style that, paradoxically, underscores the seriousness of his approach.

Aucun commentaire: